Benedetta

  • Année de sortie : 2021
  • Durée : 143 min
  • Réalisateur: Paul Verhoeven
  • Acteurs principaux: Virginie Efira, Charlotte Rampling, Daphné Patakia, Lambert Wilson
  • Pays d’origine: France, Pays-Bas

De quoi ça parle?

Une nonne italienne sème le trouble au couvent. Serait-elle une sainte en connection directe avec Dieu? Ou tromperait-elle son mari Jésus avec une de ses soeurs? Ou bien les deux?

Et alors, t’as aimé?

La mayo prend bien

Paul Verhoeven fut un réalisateur star des années 90 avec des films comme Total Recall ou Basic Instinct. Il se fait plus rare depuis les années 2000 et j’ai l’impression plus confidentiel. C’est un réalisateur qui a certaines marottes dont le sexe et les passions qu’il provoque, mais aussi la représentation de la violence. Le sujet de Benedetta était donc un matériau de départ parfait pour le cinéaste hollandais.

Faisant partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2021, Benedetta n’a pas fait vraiment de grosses vagues lors de sa projection. On a certes parlé de ses scènes de nudité, mais il n’y a pas eu de scandales comme cela a pu se produire par le passé. La presse a notamment salué la performance  « inspirée » de Virgine Efira. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le film qui, malgré quelques défauts, est une réussite. On va dire que toute la partie sulfureuse m’a laissé un peu de marbre. En effet, j’ai eu du mal à acheter cette passion entre les deux nonnes. Tout va trop vite, sans réelle construction. Alors peut-être que c’est justement ça la passion, mais je n’ai pas vraiment marché. Je tiens d’ailleurs à noter que si les actrices se dévoilent sous toutes les coutures, j’ai trouvé que la manière de filmer du réalisateur n’était ni voyeuriste, ni perverse comme cela peut souvent être le cas (Oui je parle de toi, Kechiche). Ce n’est pas chaste, mais on ne sent pas le regard d’un homme derrière la caméra (j’ai vérifié avec ma dame avant de le dire). Mais si le côté amour ne m’a pas vraiment emballé, il ne m’a pas non plus gêné, juste un peu ennuyé. Une autre raison à mes réserves est certainement le jeu d’Efira pourtant salué par la critique. J’ai toujours eu du mal avec l’interprétation de l’actrice et Benedetta ne fait pas exception à la règle. Elle semble réellement investie dans son rôle, mais je n’y crois pas. J’ai toujours l’impression de voir une actrice qui récite son texte et non le personnage s’exprimer. Mais c’est un sentiment tout à fait personnel et apparemment assez isolé.

Je vous prends un par un avec une main dans le dos

Je vais laisser là les critiques concernant un film que j’ai beaucoup aimé. En effet, j’ai adoré tout ce qui avait trait à la religion. Le film nous montre des personnes religieuses plus concernées par ce que la fonction ecclésiastique peut leur apporter que par une vraie conviction dans leur mission sacrée. Chacun, en fonction de ce que peut lui apporter les visions de Benedetta, va tenter de la mettre sur un piédestal ou un bûcher. Dans ces scènes, on retrouve un humour grinçant où Charlotte Rampling et Lambert Wilson s’en donnent à coeur joie et excellent. C’est d’ailleurs les deux personnages que je retiendrais le plus de ce film. Les visions de Benedetta sont elles aussi très drôles donnant une vision du Christ pour le moins inédite. Malheureusement, elles disparaissent subitement du film sans que j’en comprenne vraiment la raison. J’ai moins été convaincu par tout ce qui concernait les crises de possession feintes ou réelles de Benedetta, mais c’est le cas pour tous les récits de ce genre. Non, c’est vraiment la critique de la religion catholique en tant qu’organisation sexiste et arriviste qui m’a vraiment emballé.

Benedetta ne figurera pas dans mon top 3, voir 5 des meilleurs films du réalisateur, mais il n’en reste pas moins un film vraiment réussi. C’est certainement dû à cette distance que prend Verhoeven avec son sujet en le traitant avec une ironie omniprésente mais pas balourde.

Trailer

2 réflexions sur “Benedetta

  • 20 juillet 2021 à 16 h 12 min
    Permalien

    merci pour cette critique très intéressante et j’aime que tu oses dire que Virginie Effira ne t’emballe pas forcément par son jeu…quand j’ai lu cette remarque je me suis dit que tiens, c’est peut-être pas faux ce côté “actrice qui lit son texte”….
    alors, il me semble qu’il y a une petite faute dans cette phrase-là “le film nous montre des personnes religieux plus concernées”…j’aurais dit “religieuses”?

    Répondre
    • 22 juillet 2021 à 7 h 58 min
      Permalien

      Merci pour ton commentaire. J’ai corrigé la faute que tu as relevée. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.