Le pacte de la mer

  • Année de publication: 2004 (réédition 2020)
  • Éditeur : Pika pour la réédition de 2020
  • Tomes : one-shot
  • Nombre de pages : 220 pages
  • Auteur: Satoshi Kon

De quoi ça parle?

Yosuke est le descendant d’une famille de prêtres garants de la prospérité d‘une petite ville japonais en entretenant le pacte passé avec les sirènes. Mais le jeune homme se retrouve tiraillé entre son père voulant apporter la modernité et le confort à sa ville et son grand-père gardien des traditions.

Et alors, t’as aimé?

La mer, béton

Si vou aimez comme moi le cinéma d’animation, le nom de Satoshi Kon devrait vous dire quelque chose. Auteur de Perfect Blue ou encore Paprika, ce réalisateur génial a livré 4 films magnifiques avant de nous quitter fauché par un cancer du pancreas à 47 ans. Mais ce qui est moins connu, c’est sa carrière de mangaka. Il y a quelques temps, Pika avait publié un recueil de courts récits (Fossiles de rêves) et cette année, ils ont choisi de nous  “offrir“ une nouvelle édition du Pacte de la mer, précédemment édité par Sakka. J’étais complètement passé à côté, mais une personne de goût me l’a offert pour mon anniversaire.

Premier récit long de Kon, écrit à 27 ans, le Pacte de la mer surprend par sa maîtrise graphique et scénaristique. On sent la forte influence de Katsuhiro “Akira“ Otomo sur le design des personnages ou des décors, mais aussi que Kon ne se contente pas de recopier et qu’il a déjà développé son propre style. Il y a beaucoup de vie et d’ énergie dans son dessin qui donne corps à ses personnages. Mais il sait aussi basculer dans du contemplatif voir de l’onirique. Son découpage est très efficace et permet de maintenir le lecteur en haleine, tout en lui réservant quelques pauses et moments plus réflexifs pour développer son propos. Mais quand il faut lâcher les chevaux, le mangaka sait aussi le faire. Ainsi la grosse scène d’action finale est nerveuse, rythmée et spectaculaire comme il se doit.

Le pacte de la mer est une histoire simple mais pas simpliste. Satoshi Kon ne cherche pas à complexifier inutilement son récit. Au contraire, l’intrigue est plutôt linéaire, mais elle permet ainsi de s’intéresser aux doutes du héros et de soi-même se poser quelques questions sur notre vision du monde. Car le Pacte de le Mer est aussi le récit d’une lutte entre traditions et modernité. Doit-on placer le respect nature au dessus de tout même de la construction d’un hopital qui pourrait sauver des vies dans cette ville isolée? Ce ne sont pas des questions simples et même si certains personnages comme le financier sont assez manichéens, j’ai trouvé que Satoshi Kon essayait de ne pas nous dépeindre un monde en noir et blanc, en nous révélant peu à peu des informations qui permettent de mieux comprendre les motivations des personnages.

Le Pacte de la Mer est donc une très belle histoire de Satoshi Kon et confirme un peu plus toute l’admiration que j’avais pour ce grand artiste et incroyable narrateur. Une fois, l’histoire entamée, il vous sera difficile de stopper votre lecture avant la dernière page (sauf si un petit de 2 ans tient absolument à jouer aux Duplo avec vous). A noter que l’édition de Pika propose une belle préface de Jean-Pierre Dionnet et une très intéressante postface de l’auteur lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.