Le Signal

  • Année de publication: 2018
  • Pages: 740
  • Durée du livre audio: 21h38min
  • Auteur: Maxime Chattam
  • Comédien: Julien Chatelet
  • Éditeur: Albin Michel / Audiolib

De quoi ça parle

Olivia et sa petite famille débarque dans un bled paumé des Etats-Unis, Mahingan Falls, pour démarrer une nouvelle vie, loin de New-York. Pas de bol, plein de gens se mettent à mourrir dans des circonstances étranges et sanguinolentes.

Et alors, t’as aimé?

L’homme qui voulut être Roi

Maxime Chattam est ce qu’on appelle un auteur à succès. Il est surtout connu pour ses romans à suspens. De cet auteur, je n’avais jusqu’ici lu que sa trilogie du mal. Si je n’avais pas vraiment accroché à son style d’écriture qui abusait de métaphores pas très fines, force m’était de reconnaître qu’il était difficile de lâcher ses bouquins en cours de lecture. Ce ne fut pas le cas pour le Signal.

Ne prenant aucun plaisir à détruire le travail d’un auteur, je ferai donc une critique certainement plus courte que d’habitude (même si je doute que Chattam vienne un jour traîner ici). Avec le Signal, l’auteur s’attaque frontalement au genre horrifique avec lequel il avait déjà flirté dans la trilogie du mal. Hélas, dès les premières pages, l’ombre de Stephen King est venue planer sur la ville de Mahingan Falls et ses habitants. On y retrouve la bande de gamins qui vont lutter contre une sombre menace, la femme forte, la brute de la ville. Mais en soit, ça ne serait pas bien grave. Après tout, le problème n’est pas d’utiliser des clichés, mais comment on s’en sert. Et malheureusement, à mon sens Chattam s’est un peu planté. Les dialogues sonnent faux et trop écrits, du coup, je n’ai pas réussi à apprécier un seul personnage, tous ne semblant être que des personnages fonctions. Et les différentes sous-intrigues au lieu de fournir de la richesse et de l’épaisseur ont provoqué chez moi l’ennui et surtout donné l’impression qu’elles servaient à retarder les révélations. Les personnages auraient discuté entre eux dès le début, au lieu d’artificiellement faire de la rétention d’informations, on aurait gagné 5, 6 heures d’écoute. J’ai finalement abandonné ma lecture à quelques heures de la fin, une fois révélée les origines du mystère, le destin des personnages ne m’intéressant aucunement.

Tout artiste a des petits coups de moins bien, je pourrais citer un paquet de titres de Stephen King qui m’ont déçu. Donc je ne bannis pas Maxime Chattam de mes potentielles lectures. Mais si d’aventure, je tombe sur un nouveau récit d’horreur, je réfléchirai à deux fois. A noter que Julien Chatelet, le comédien fait un job propre et efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.