Penss et les plis du monde

  • Année de publication: 2019
  • Éditeur : Delcourt
  • Tome : one-shot
  • Nombre de pages : 230 pages
  • Scénariste: Jérémie Moreau
  • Dessinateur : Jérémie Moreau
  • Coloriste: Jérémie Moreau

De quoi ça parle?

Penss est un homme préhistorique assez peu en phase avec les hommes de son clan. Là où ils ne pensent qu’à chasser pour survivre, lui passe son temps à contempler la beauté de la nature…et à mourir de faim. Jusqu’au jour où…

Les poissons n’ont pas beaucoup de souci à se faire

Et alors, t’as aimé?

Seul perdu dans la nature, fils des âges obscurs

Jérémie Moreau est un auteur que j’adore. Je l’ai découvert avec Max Winston qui racontait la vie d’un tennisman prodige. Puis j’ai lu sa saga de Grimr qui donnait dans le récit mythologique nordique. Même s’il change à chaque fois d’univers, il y a quelque chose dans ses histoires qui résonne et me touche.Et le voici donc qui s’attaque à l’âge de pierre. Une période pas si souvent abordée dans la fiction. Je ne voudrais pas trop déflorer les suprises de l’histoire car je vous souhaite de faire comme moi et de la découvrir libre de toute idée préconçue. Donc je vous donne de suite la conclusion : Lisez cette BD, elle est géniale! Vous pouvez retourner trainer sur Twitter ou Facebook.

Un dessin plus chaud que tous les feux d’un volcan

Vous êtes toujours là? Pas totalement convaincu? Ok, je m’y colle alors. Tout d’abord, parlons du dessin de Jérémie Moreau. Il a un vrai talent pour conférer beauté et magie à ses paysages. Il y a un travail sur la couleur, la stylisation assez bluffant, on ressent l’espace, le froid, la chaleur sans que l’on soit submergé par une multitude de détails. Une simplicité trompeuse. Dans ces décors, se débattent des personnages au graphisme assez simple et direct mais qui permet de leur donner vitalité et expressivité. Il alterne également les planches contemplatives avec d’autres beaucoup plus découpées selon le rythme de lecture qu’il veut imposer. Non graphiquement, rien à redire, c’est irréprochable.

Ma photo ne rend pas justice à ce panorama à couper le souffle

La vie est un défi constant

Quand à l’histoire, je ne rentrerai pas dans les détails du scénario, mais je me contenterai de dire qu’elle m’a beaucoup touché. Moreau nous raconte d’abord la beauté de la nature et sa cruauté indifférente.Mais surtout que l’homme est un animal social et qu’il est bien difficile de vivre en loup solitaire que ce soit par orgueil ou désespoir. Car Penss fera des rencontres, vivra des pertes, chaque évènement étant un enseignement, une occasion de revoir sa vision du monde. Mais à travers la vie de Penss, c’est aussi l’histoire de l’humanité qui prend forme sous nos yeux.

Ce n’est pas encore avec Penss et les plis du monde que je ressortirai déçu d’une histoir de Jérémie Moreau. Une oeuvre délicate et puissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.