Zack Snyder’s Justice League

  • Année de sortie : 2021
  • Durée : 242 min
  • Réalisateur: Zack Snyder
  • Acteurs principaux: Ben Affleck, Ray Fisher, Jason Momoa, Gal Gadot, Ezra Miller, Henry Cavill
  • Pays d’origine: USA

De quoi ça parle?

Batman et compagnie vont tenter de sauver le monde. Et ça va leur prendre 4h de votre vie.

Et alors, t’as aimé?

La Snyder Uncut

En 2017, Snyder est débarqué de Justice League et Joss Whedon est appelé à la rescousse pour tenter d’apporter une Marveltouch au film. En résulte une sombre daube ni faite ni à faire qui finira d’enterrer tout espoir de voir s’épanouir un univers DC au cinéma. Mais les fans ne lâchent pas l’affaire et ne cessent de réclamer la Snyder’s cut qui permettrait de découvrir la vision originale du réalisateur de Man of Steel et Batman v Superman (BvS). Warner, ayant besoin de gros films pour lancer son service HBO Max, finit par céder et file de la thune à Zack pour qu’il finisse son film. Et voici donc que débarque en 2021: ZACK SNYDER’S JUSTICE LEAGUE

Je ne suis pas un grand amateur du réalisateur. Ses tics de réalisation, le rendu visuel de ses films et sa manière de raconter une histoire m’ont toujours laissé un peu froid. A une exception près : ses films DC. Je ne saurais pas expliquer pourquoi mais ils me font vibrer. Il ne respecte pas vraiment le matériau d’origine, il semble toujours filmer en mettant la saturation au minimum, mais je prends mon pied. Je trouve qu’il n’y a que lui qui a su iconiser et mythifier les superhéros sur grand écran. Bien sûr les films ne sont pas exempts de défauts et BvS souffre d’une histoire qui veut raconter trop de choses, mais j’avais sincèrement bien aimé et la version Whedon de Justice League fut une douche froide. Malheureusement, si la version de Snyder relève le niveau, ce n’est pas non plus un sauvetage.

Justice League dure plus de 4 heures et je les ai douloureusement senties passer. Je pense que le gros problème du film est qu’on a donné carte blanche à Snyder pour raconter son histoire. Mais le bonhomme a été un peu timide lorsqu’il a fallu sortir les ciseaux lors de la phase de montage. Certaines scènes sont trop lentes, traînent trop en longueur ou sont totalement hors sujet comme ces chants de filles qui saluent le départ d’Aquaman. Et pourtant, il y avait du boulot car le film est chargé d’introduire 3 nouveaux personnages, deux méchants et ramener à la vie l’être aimé. Et c’est ce que le film essaiera de faire pendant les trois premières heures. Mais je trouve qu’il y échoue car à part Cyborg qui est plutôt bien caractérisé et développé, les autres personnages seront abordés de manière superficielle. Mais ce qui m’a surtout ennuyé, c’est cette impression de sauter d’une scène à une autre, sans réel lien ou cohérence, ce qui fait que j’ai rapidement perdu de l’intérêt pour ce que je regardais. Et je pense qu’on aurait aussi pu gagner 30 à 40 minutes de film, en réduisant le nombre de ralenti de 50%.

Mais heureusement, il y a la dernière heure qui offre sont lot de scènes spectaculaires et qui me permet de retrouver le Snyder que j’aime. Il s’en donne à coeur joie avec des effets bien tapes à l’oeil et un montage bien nerveux. Cette dernière partie a vraiment récompensé ma patience. Je ne veux pas trop en révéler, mais il y a de belles idées visuelles et des scènes vraiment fortes. Et cela continue après la victoire de nos héros, avec une fin multiple à la Retour du Roi qui aura réussi à me faire regretter que ce soit un film sans lendemain alors que m’étais fermement ennuyé pendant les trois quarts du film.

Si vous n’aviez pas aimé la première version de Justice League, cette seconde version pourra peut-être vous séduire. Le ton est radicalement différent et l’intrigue diffère sur pas mal de points. Malheureusement, Snyder se disperse à nouveau et veut raconter trop de choses. On dirait une compilation de résumés de début d’épisode de série télé en mode « Précédemment dans Justice League ». Ce manque de liant fait que j’ai eu beaucoup de peine à m’intéresser aux aventures des héros jusqu’à ce que l’histoire se focalise sur son objectif principal. Si vous êtes hermétique à Snyder, n’essayait même pas de vous y frotter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + 18 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.