5 minutes forward

  • Année de publication: 2020
  • Éditeur : Kana
  • Tomes : 7 (fini)
  • Nombre de pages : 180 à 200 pages
  • Auteur: Hiroshi Fukuda

De quoi ça parle?

Un jeune lycéen japonais récupère un bracelet lui permettrait d’effectuer un aller-retour vers le futur. Après l’avoir activé, il assiste à l’arrivée de bouddhas géants qui détruisent la ville et ses habitants. Pour pouvoir prévenir les autorités de son présent, il vérifie la date du massacre. Il a simplement fait un bon dans le futur de 5 minutes!

Et alors, t’as aimé?

En science-fiction, le récit de voyage temporel est une un genre à part entière. Il a déjà été abordé ici quelques fois avec la géniale Jetée ou encore l’oubliable Time Trap et c’est un genre que j’apprécie tout particulièrement. Mais c’est aussi un genre bien casse-gueule car il se doit d’avoir un scénario bien ficelé pour éviter les grosses incohérences qui ruineraient tous ses effets.

5 minutes forward a un pitch pour le moins original. En effet, le héros n’a que 5 minutes d’avance et ne pourra se permettre qu’un seul saut temporel pour retourner vers son présent où il n’aura que 5 minutes empêcher l’apocalypse. Mission qui semble totalement impossible. Il va être obligé de survivre dans un monde en ruine pour tenter de recueillir le plus d’informations possibles sur ces mystérieux bouddhas. Je m’attendais à une histoire assez complexe et alambiquée comme les voyages temporels peuvent le faire, mais je n’avais pas vraiment fait attention à la classification shonen du récit. Et puis, le héros ne pouvant faire qu’un saut, ça simplifie les choses. Et effectivement, on est face à un récit plutôt bourrin mais efficace. Le héros et ses amis vont rapidement acquérir des pouvoirs qui vont leur permettre de lutter contre ces terribles bouddhas. Le manga va ainsi être rythmé par de nombreux combats qui vont aller crescendo en terme d’enjeux et d’intensité. L’ensemble est bien rythmé et malgré tout je me suis bien attaché aux personnages qui, si ils ne sont pas trop travaillés, ont quand même suffisamment d’épaisseur. Le mystère des bouddhas ne s’éclaircira que dans la dernière ligne droite et je trouve la résolution surprenante et satisfaisante. On sent que l’auteur y avait déjà réfléchi en amont et n’a pas commencé son histoire sans vraiment savoir où il allait, ce qui arrive bien trop souvent.

Graphiquement, j’ai trouvé que le mangaka alternait le bon et le moins bon. Les personnages humains ne sont pas toujours réussis et le dessin peut sembler maladroit. Par contre, quand il donne vie aux bouddhas, c ‘est un régal. Il arrive à très bien retransmettre l’horreur et la puissance qu’ils doivent dégager tout en leur conservant cette calme prestance. C’est vraiment un des points forts du manga. L’autre est la réalisation des combats qui est très dynamique et haletante. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu des scènes de combat aussi bien agencées.

5 minutes forward fait partie de ces mangas sympathiques qui n’atteindront certainement pas le statut d’incontournable. Mais en 7 tomes, ils proposent une histoire bien rythmée et riche en castagne qui s’avère assez vite addictive. Un manga qui vous distraira quelques heures.

2 réflexions sur “5 minutes forward

  • 15 septembre 2021 à 10 h 37 min
    Permalien

    Ce manga m’intrigue depuis son premier tome, la faute à ma faiblesse pour les histoires de voyages dans le temps. Maintenant que tous les tomes sont sortis et qu’en plus il s’agit d’une série courte, je sais que je finirai par craquer ^^

    Répondre
    • 15 septembre 2021 à 11 h 53 min
      Permalien

      Pareil, j’ai attendu que tous les tomes soient dispo pour me lancer dedans. C’est un manga qui fonctionne très bien en binge reading.^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 13 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.