Le Livre de M

  • Année de publication: 2020
  • Pages: 592
  • Durée du livre audio: 18h 49 min
  • Autrice: Peng Shepherd
  • Traductrice : Anne-Sylvie Homassel
  • Comédien: Sandie Masson
  • Éditeur: Albin Michel (Audible Studios pour l’audiolivre)

De quoi ça parle?

Aux quatre coins du monde, les gens perdent leurs ombres et leurs souvenirs. Le phénomène se propage à la vitesse d’une pandémie. Alors que les sociétés s’effondrent, Max et Ory vivent à l’écart du monde. Mais un jour, Max perd son ombre et disparait. Ory part à sa recherche.

Et alors, t’as aimé?

Mon ombre est Personne

J’avais des jetons à dépenser avant d’arrêter mon abonnement Audible et ce pitch post-apocalyptique un peu original a retenu mon attention. Je ne connaissais pas son autrice, Peng Shepherd et à juste titre, c’est son premier roman. Et j’étais curieux de voir comment elle allait traiter ce monde post-apocalyptique et amnésique. Alors tant que tout est bien frais dans ma mémoire, je vais vous livrer mon avis sur cet étrange roman.

La première grosse partie du livre de M est pour moi une réussite totale. Shepherd nous raconte son histoire avec le point de vue de différents personnages et temporalités. Ce procédé nous permet de découvrir les évènements qui ont mené à la situation actuelle, tout en suivant l’avancée des héros dans leur quête et d’avoir une vision plus globale que si il n’avait été centré que sur Max et Ory. J’ai beaucoup aimé cette partie, car s’il n’y a pas de grandes révélations ou coups de théâtre, elle déborde d’humanité et de justesse. Max qui enregistre précieusement tous ses souvenirs avant qu’ils ne disparaissent pour Ory m’a vraiment touché et est pour moi le personnage le plus fort de cette histoire. Ory dans sa volonté de retrouver sa femme est lui beaucoup plus classique et convenu. Mais quoi qu’il en soit, j’ai vraiment aimé cette partie car elle sonnait vraie et donnait de la réalité à ce monde étrange. Etrange, car ce monde n’est pas un monde à la Mad Max ou la Route. D’ailleurs, je trouve le petit macaron sur la couverture un peu trompeur sur la marchandise. En effet, Peng Shepherd dès le début du roman introduit des petits détails qui interpèlent le lecteur qui n’est pas certain d’avoir bien lui. Je ne voudrais pas en révéler trop sur l’intrigue, mais disons que c’est un univers post-apo fantastique, voir magique.

Et c’est un peu au moment où cela devient plutôt évident que j’ai trouvé que le roman perdait en qualité. Je trouve que l’autrice sort les grosses ficelles et surtout perd la maitrise ses personnages. Il y a honnêtement certaine réactions, rencontres m’ont paru totalement irréalistes et incompréhensibles. L’impression qu’elles étaient là uniquement pour servir l’intrigue et sa conclusion. Si bien que je me suis un peu désinvesti du bouquin alors que j’étais jusque là happé par l’intrigue. Mais malgré ces petites réserves, il y a de très beaux passages et beaucoup d’inventivité. Et la fin, même si je la voyais venir gros comme une maison m’a quand même touché. C’est donc que l’autrice a plutôt bien mené son affaire. Il est même possible que j’ai un peu décroché car l’écoutant en audiolivre en allant bosser, je n’ai pas pu le lire par gros blocs et donc il était peut-être parfois difficile de rerentrer dedans.

Outre l’aspect romanesque de l’histoire, Peng Shepherd aborde bien évidemment plein de thématiques et réflexions sur notre rapport aux souvenirs, à ce qui définit un individu. J’ai trouvé ses réflexions bien amenées et intéressantes. Enfin quelques mots sur le style de l’autrice qui est vraiment agréable et travaillé. Elle y va peut-être un peu fort dans les images et métaphores, mais je préfère ça à une écriture plate et mécanique. Enfin, j’ai bien apprécié la lecture de la comédienne, particulièrement quand elle incarnait Max. Elle me l’a rendu terriblement réelle.

Le livre de M est un livre qui aurait peut-être mérité un peu d’élagage et plus de rigueur sur certains éléments de scénario. Mais pour un premier roman, c’est une belle réussite et il est certain que j’attends avec impatience son prochain car elle a vraiment un style et une vision qui lui est propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.