Soul

  • Année de sortie : 2020
  • Durée : 127 min
  • Réalisateur: Pete Docter et Kemp Powers
  • Acteurs principaux: Jamie Foxx et Tinay Fey
  • Pays d’origine: USA

De quoi ça parle?

Un prof de musique meurt alors qu’il allait enfin pouvoir jouer sur scène. Refusant de suivre la lumière au bout du tunnel, il va découvrir la fabrique des âmes.

Et alors, t’as aimé?

Ni saoulant, ni enivrant

On avait quitté Pixar avec un très décevant En Avant et je misais beaucoup sur Soul qui avait l’air d’avoir plu à beaucoup de monde à sa sortie sur Disney+. Il faut dire que Pete Docter a un sacré CV : Monstre et Cie, Là-Haut ou encore Vice-Versa, ça pose quand même son bonhomme. Les plus observateurs d’entre vous auront déjà trouvé un petit indice sur mon opinion.

Le film commence plutôt bien avec les découvertes de la You Factory et le monde d’avant. Le film déborde de petites trouvailles et d’inventivité pour nous décrire comment fonctionne le monde des âmes. D’un point de vue esthétique, je ne suis pas tellement fan du look web 2.0 de ce monde, mais c’est une question de goût. Mais à partir du moment, où les deux héros retournent sur Terre, je trouve que le film rentre un peu dans le rang. Alors bien sûr, j’ai souvent ri aux situations grotesques qu’ils doivent affronter, mais au niveau de l’intrigue, j’ai trouvé que c’était un peu planplan et convenu. Même si je dois dire que je n’avais pas vu venir la morale sur la passion qui est plutôt originale pour ce genre de récit. Et justement, c’est là qu’est pour moi le gros point faible du film. Le héros est censé être passionné par le jazz et je trouve que le film est assez froid et dépassionné justement. On nous montre son amour, mais je ne l’ai pas ressenti. Le film semble appliquer une recette bien connue choper sur Marmiton. Alors, non je n’ai pas passé un mauvais moment et j’ai même apprécié de nombreux passages. Mais je trouve qu’il manque d’ambition et de tripes pour un thème avec un potentiel pourtant incroyable. Peut-être de trop grandes attentes ont-elles perturbées ma réception du film.

Si Soul n’est pas un raté comme En Avant, ce n’est pas non plus un film qui me marquera durablement. Et c’est avec un peu d’inquiétude que je lancerai mon visionnage de Toy Story 4. Surtout que je trouvais que le troisième était une conclusion parfaite à la saga. Et puis une trilogie en quatre épisodes, ça ressemble à rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.