En avant

  • Année de sortie : 2020
  • Durée : 102 min
  • Réalisateur: Dan Scanlon
  • Acteurs principaux: Tom Holland, Chris Pratt
  • Titre original: Onward
  • Pays d’origine: USA

De quoi ça parle?

La magie a laissé place à la science et au modernisme, mais deux elfes vont tenter de la raviver pour quelques heures.

Sérieux? C’est ça le scénario?

Et alors, t’as aimé?

Attachez votre ceinture

Quand la bande-annonce d’En avant est sortie, c’est peut-être la première fois de ma vie que je n’ai eu aucune envie de voir un Pixar. Je trouvais la direction artistique moche et on ne savait pas trop de quoi tout ça allait parler. Le pitchoune à la maison plus le covid ont fait que je n’ai pas fait de gros efforts pour trouver l’opportunité d’aller le voir en salle. Mais voilà, je viens de céder aux sirènes de Disney + et Pixar est généralement synonyme de qualité (le voyage d’Arlo étant, je pense, la seule exception). Alors pour rentabiliser mon abonnement et puis ayant un certain amour pour la fantasy (ici ou encore ), je me devais de tenter l’aventure. Enfilez vos chausses de sept lieues et votre cotte de maille en Mithril, c’est parti pour la critique d’En Avant.

Un film en autopilote

Si j’aime les films de Pixar, c’est principalement par la richesse et l’inventivité de leur univers. Ils vont partir d’un concept original (des jouets, des monstres sous le lit, des poissons clowns) et ils vont donner vie à cet univers en exploitant ses possibilités au maximum. L’univers des films Pïxar déborde d’idées et d’inventivité. On prend ainsi autant de plaisir à suivre les aventures des héros qu’à regarder les arrières plans ou les petits détails du quotidien. Avec En avant, il y avait un potentiel énorme. Le monde est peuplé d’elfes, de centaures, de licornes ou encore de fées. Une espèce de zootopia féérique. Et ils n’en font rien. Le film étant un roadtrip, on passe la plupart du temps enfermé dans le van des deux frères et ils n’en sortent qu’à de rares occasions pour quelques rencontres fortuites. Au final, on n’explorera jamais vraiment la richesse de cet univers et c’est vraiment très frustrant. Le film donne l’impression que les auteurs étaient un peu en panne d’imagination. J’en veux pour preuve le personnage du beau-père, policier et centaure. J’ai passé le film à me demander comment il pouvait conduire sa voiture. Habituellement, on aurait eu au détour d’un plan, l’explication. Ici, on voit bien qu’ils ne se sont pas posés la question ou qu’alors ils n’ont pas trouvé de réponse. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Tout n’est pas à jeter et le personnage du père est une petite merveille de drôlerie visuelle, mais dans l’ensemble, je suis resté sur ma faim.

Allez, encore un dernier effort et on arrive au générique de fin

Et on retrouve la même paresse dans l’histoire principale. Le récit est linéaire et les enjeux pour les personnages sont vraiment classiques. Alors oui, par moment, j’ai eu un peu les yeux humides. Mais c’est parce que je suis un grand sensible et surtout l’émotion vient d’effets faciles et peu inventifs. Rien à voir avec l’introduction de Là-Haut ou le final de Toy Story 3. L’intrigue se déroule sans surprise, on peut deviner à peu près à quel moment le héros va réussir telle ou telle étape de son évolution personnelle. La quête manque d’épisme et de frisson. Le film raconte un monde où la magie a disparu et on a l’impression que c’est un peu meta pour le coup. Ne voulant pas terminer sur du négatif, je voudrai saluer le travailde Tom Holland et Chris Pratt dont le duo fonctionne très bien et la prouesse technique. Même si je ne suis pas superfan de la direction artistique du film, il est indéniable que c’est un travail léché et de qualité.

Panne temporaire?

Alors oui, j’ai peut-être la dent un peu dure. Mais avec Pixar, nous sommes habitués à l’excellence ou au moins au très bon (sauf pour Arlo). Alors forcément, la déception est plus grande. Je pense toutefois que c’est un honnête divertissement qui plaira à un jeune public. Il y a également quelques passages assez drôles, mais voilà ce n’est clairement pas un film immanquable. Est-ce le début de la fin pour Pixar? Je ne pense pas. Dan Scanlon avait déjà réalisé le moyen Monster University donc c’est peut-être juste une incompatibilité de goût que j’ai avec ce réalisateur. Et puis les retours sur Soul sont très bons et j’espère pouvoir vous en parler rapidement.

Trailer

2 réflexions sur “En avant

  • 4 mars 2021 à 6 h 33 min
    Permalien

    Merci pour cette critique très intéressante qui me permet aussi d’être moins déçue d’avoir raté le film lors de la sortie! Et je trouve ton analyse de ce qui cloche très pertinente!

    Répondre
    • 4 mars 2021 à 11 h 24 min
      Permalien

      Content de t’avoir rassurée. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.