Duane est amoureux

  • Année de publication: 2007 pour la version originale (2015 pour la VF)
  • Pages: 238 pour l’édition poche
  • Titre original: When the light goes
  • Auteur: Larry McMurtry
  • Traductrice : Sophie Aslanides
  • Éditeur: Sonatine / 10/18

De quoi ça parle?

Duane est un vieux veuf texan et dépressif. Plus personne n’a vraiment besoin de lui, sauf peut-être Annie, une jeune géologue.

Et alors t’as aimé?

Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme dépressif

J’ai découvert Larry McMurtry avec Lonesome Dove, roman de plus de 800 pages sur deux vieux cowboys texans qui veulent prendre leur retraite dans le Montana, petit coin de paradis espéré. Ce western est entré directement dans le club select de mes bouquins préférés. Il y avait de toute dedans, des personnages forts et attachants, de l’humour, de l’aventure, de la tragédie. Une petite merveille. Alors forcément quand j’étais à la recherche d’idées de lecture pour les vacances, je n’ai pas hésité une seconde quand mon oeil est tombé sur la couverture chez mon libraire.

Duane est amoureux n’a pas grand chose à voir avec Lonesome Dove. Certes, on retrouve le Texas, un héros vieillissant mais la comparaison s’arrête là. L’intrigue se déroule de nos jours et il n’y aura pas de grande aventure. Simplement, un sexagénaire dépressif qui réalise que sa vie est derrière lui tout comme les lieux où il a vécu. Car à travers Duane, c’est aussi la vie de ces petits bleds paumés que l’on explore. Ces villes que la jeunesse fuit dès qu’elle le peut et qui ne sont finalement plus habités que par des vieux croulants qui lâchent peu à peu la rampe. Mais je vous rassure, McMurtry ne donne pas dans le misérabilisme car il nous donne à découvrir toute une galerie de personnages hauts en couleur et à la répartie efficace qui donnent beaucoup d’humour à l’histoire. J’ai toujours beaucoup aimé les histoires qui tournent autour du Texas et de ses bleds paumés que ce soit dans No Country For Old Men ou encore la série Friday Night Lights.

Je reste plus circonspect sur l’aspect sentimental de l’histoire. L’histoire d’amour qui se crée entre Duane et la jeune Annie ne m’a pas paru très naturelle, voir un peu forcée. Le personnage d’Annie possède en lui une certaine étrangeté et candeur qui dénote avec le reste de l’univers. Ce n’est pas forcément ce qui m’a le plus intéressé, tout comme les scènes de sexe qui tombent un peu comme un cheveu sur la soupe. En revanche, tout ce qui tourne autour de la sexualité des seniors, de la solitude qui l’accompagne ou tout simplement la notion de désir sont également traités avec beaucoup de talent.

Il est à noter qu’il s’agit là du quatrième tome des aventures de Duane Moore. Mais ça n’a posé aucun problème de compréhension. McMurtry prend le temps d’introduire chaque personnage comme si le lecteur les recontrait pour la première fois et de manière tout à fait naturelle. Le livre se lit très rapidement alors même qu’il n’y a pas vraiment de suspens ou de gros enjeux, il m’a été difficile d’arrêter ma lecture en cours de route.

J’ai passé un très bon moment de lecture. Ca n’est bien sûr pas un choc comme Lonesome Dove et ça ne me marquera pas durablement, mais je le conseille tout de même et si par hasard, je croisai sur ma route une nouvelle (ou ancienne) histoire de Duane Moore, je la lirai avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *