Raven T.1 : Némésis

  • Durée de publication: 2020
  • Éditeur : Dargaud
  • Tomes: 1 (en cours, 3 d’annoncés)
  • Nombre de pages: 56
  • Auteur: Matthieu Lauffray

De quoi ça parle?

Des pirates vont chasser un trésor sur une île maudite.

Bruit de vinyle qui scratche (sur une idée de @barberouss)

Et alors, t’as aimé?

Piraterie de pair à pair

Ca faisait longtemps qu’on avait pas parlé piraterie chez Monsieur G. C’est un genre que j’affectionne même si je suis loin de lire tout ce qui sort sur le sujet. Mais là, forcément, je ne pouvais pas faire l’impasse. Mathieu Lauffray m’avait régalé avec sa série Long John Silver qui abordait déjà le même genre. Seulement, il était accompagné de Dorison au scénario. J’étais donc curieux de voir ce qu’il pourrait faire seul aux commandes, même si apparemment il s’est inspiré d’une nouvelle de Robert E. Howard, le papa de Conan.

Ca commence plutôt mal avec une introduction qui utilise l’efffet scénaristique usé jusqu’à la corde de la  « Situation choquante, mais revenons en arrière pour voir comment on en est arrivé là ». Mais cet écueil est vite oublié grâce à une magnifique et spectaculaire scène d’abordage qui en met plein les yeux au lecteur. Et tout au long de ce premier tome, le lecteur pourra savourer de superbes planches. Lauffray découpe son action à merveille et offre un spectacle de toute beauté. L’histoire n’est toutefois pas totalement à la hauteur du dessin, c’est pour l’instant une banale chasse au trésor qui peine à se démarquer.Tout comme les personnages qui ne sont pas encore vraiment développés. Raven est un héros casse-cou à la forte tête comme on en voit assez souvent. Ne m’étant pas attaché à lui, je me moque un peu de savoir ce qui va lui arriver tout comme au reste du casting.

Raven dans le ravin?

Alors, il est tout à fait possible que le tome 2 s’avère surprenant et captivant. Raven ne serait pas le premier premier tome à ne pas mettre suffisamment en avant les point forts de son histoire. Car ce n’est pas donné à tout le monde de savoir placer son action, son univers et ses personnages en quelques cinquante pages pour donner envie aux lecteurs de revenir sans trop en révéler. Malgré tout, j’ai pris beaucoup de plaisir à laisser mon regard déambuler dans les magnifiques décors créés par Lauffray qui ne laisse pas son lecteur s’ennuyer en multipliant les péripéties et coups de thêatre.

Pour conclure, je dirai que ce premier tome de Raven est un honnête divertissement bien rythmé malgré un goût de déjà-vu. Toutefois, si vous voulez lire un récit de pirates, je vous conseillerai plutôt de découvrir son Long John Silver. Je ne pense pas pousser plus loin mon expédition caribéenne sauf si j’entends de très bons retours sur le second tome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.